Wilhelm REICH (1897-1957), fut un scientifique autrichien, inventeur dans des domaines allant de la psychiatrie à la biologie. Médecin, puis psychiatre, il s’intéresse en profondeur à la philosoph

ie, aux sciences naturelles et à la sexologie naissante. Après avoir enseigné, fait de nombreuses recherches, crée des groupes de recherches,… dans de nombreux pays, ses travaux le conduisirent entre autre à une découverte unificatrice : celle d’une énergie de vie pulsante, présente partout, à des degrés divers.

REICH appela cette énergie « ORGONE ». Il la découvrit en premier dans des organismes vivants. Par la suite, il réussit à faire diverses expériences :
– Faire tourner un petit moteur dans un atelier. Seulement relié à un « accumulateur d’orgone » sans aucune autre source d’énergie. « C’est l’énergie du futur », dit REICH. Un exploit dont ont témoigné cinq membres de son équipe de recherches
– Il créa ensuite un caisson destiné à capter et à concentrer l’orgone, il plaça alors un compteur Geiger pour réaliser plusieurs mesures. Il s’aperçut enfin que le compteur pouvait enregistrer jusqu’à 6 000 cliquetis par minute, ce qui était surprenant. Il proposa par la suite à des patients volontaires un traitement expérimental susceptible de les aider à mieux vivre leur cancer. Les malades s’irradiant dans un « accumulateur d’orgone » et bénéficiant parallèlement d’une « végétothérapie caractério-analytique ».
– Parmi ses inventions, figure le cloudbuster (« téteur d’éther », ou « brise-nuage ») à l’aide duquel il prétendit faire pleuvoir, d’abord au cours de sécheresses, ensuite dans les régions arides ; et aussi repousser les tempêtes. Des versions plus récentes de cet appareil, appelées « chembusters », contre les effets des « chemtrails ».

En dépit de ses titres de docteur en médecine et de psychiatre et de son passé de chef de séminaire au cours de sa période psychanalytique, ces expériences sont considérées comme privant les malades de thérapie et les mettant en danger. À cette époque, comme lors de sa période scandinave, des rumeurs le qualifient de fou et de lubrique. À partir de janvier 1942, il est attaqué de toutes parts, traité de charlatan par les psychiatres et de schizophrène par le milieu psychanalytique américain.

Après des vérifications entreprises par la Food and Drug Administration, organisme public de répression des fraudes, un tribunal lui interdit l’utilisation d’accumulateurs d’orgone aux États-Unis. Outrepassant ces injonctions, il est arrêté deux fois. Jugé une première fois, il refuse de se présenter devant un tribunal une seconde fois, car il estime qu’il n’est pas de la compétence d’un tribunal civil de juger le propos d’une découverte scientifique. Il est condamné pour outrage à la cour à deux années d’emprisonnement en 1956 ; il meurt mystérieusement en prison le 3 novembre 1957, mais aucune autopsie n’est pratiquée. La version officielle est : crise cardiaque. La version officieuse est : battu à mort.
En 1954, la FDA, dans une tentative d’interdire l’utilisation des accumulateurs d’orgone en physiothérapie, ordonna que tous les livres reliés de REICH soient retirés de la circulation. Ses livres brochés, ainsi que ses périodiques, furent brûlés, les accumulateurs d’orgone détruits.

Dans les années 1980, le scientifique Karl Hans Welz, découvrit que l’association résine/ métal, transformait les perturbations négatives accumulées par l’Orgone en énergie positive. L’interaction dynamique de ces deux substances devenait la base de l’invention de l’Orgonite.
Un autre chercheur, Don Croft, améliora ensuite le procédé: il ajouta dans l’orgonite du cristal de roche qui de part ses nombreuses qualités permet entre autre de réorganiser l’orgone mais aussi d’être « un réservoir d’information.
L’orgonite devint une matrice capable de capter l’énergie négative, de la filtrer et de la transmuter en énergie positive.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *